12 sous-marins / Contrat record

Ça fait la une des journaux des deux cotés : l'entreprise française DCNS vient de remporter un contrat record d'environ 34 milliards d'euros soit $50bn de 12 nouveaux sous-marins pour la Navy australienne, en battant ainsi les Allemands de ThyssenKrupp et un consortium japonais comprenant Mitsubishi et Kawasaki. Les Australiens se frottent les mains de leur coté après avoir imposé que ces sous-marins soient construits sur place à Adelaide, South Australia et avec l'appui du Victoria. Quitte à dépenser une telle somme, autant effectivement qu'elle permette de créer de l'emploi sur place et soutienne différentes filières.
Ça fait des années que cette histoire de sous-marins est dans les tiroirs australiens et qu'on en entend parler régulièrement, une vraie saga ! Le contrat avait tout d'abord été promis aux Japonais (et on comprend qu'ils aient accueilli un peu froidement l'annonce d'aujourd'hui) par Tony Abbott lorsqu'il était Prime Minister, puis ouvert à la concurrence sous la pression politique quand les Japonais refusaient de construire ces sous-marins en Australie.

La France a montré ici sa ténacité et son excellence technologique ainsi que sa capacité à proposer des solutions adaptées au pays acheteur, et un partenariat unique lors de la construction sur place (comme déjà fait au Pakistan). Et cet énorme contrat d'achat/construction s'accompagne d'un contrat de maintenance de 25 ans, donc un lien avec l'Australie sur près de 50 ans ! La partie armement revient par contre au géant américain Lockheed Martin. Amusant comme finalement on se vend les uns aux autres les technologies militaires et un découpage en petits bouts des savoirs-faire sur toutes ces questions d'armement...

L'Australie détient aujourd'hui 6 sous-marins vieillissants qui seront ainsi remplacés par les nouveaux Shortfin Barracudas de conception française et... doublés en nombre ! On peut s'interroger sur l’utilité de 12 sous-marins. "Défense des eaux australiennes et du continent-ile", "Présence accrue en mer de Chine face à une montée en puissance de ce même pays", "Equipement dans le cadre d'une course à l'armement généralisée de toute la région Asie Pacifique" et on pourrait ajouter "gesticulation auprès des Américains", bref la liste est longue et le budget alloué à la Défense australienne est gros, très gros.
En attendant, ce contrat va effectivement permettre de faire travailler tout un tas de secteurs, de sous-traitants de toute nature, en bref des centaines de gens, à la fois en France et en Australie.

C'est d'ailleurs à garder en tête pour ceux qui seraient encore étudiants car il y aura des débouchés dans ces domaines dans les années voire décennies à venir, et vraisemblablement en France, en Australie et probablement dans bien d'autres pays.

Je n'ai plus qu'à me reconvertir dans l'architecture navale militaire et j'aurai peut-être une chance de faire des allers-retours France-Australie pour les 50 prochaines années !

Retour à l'accueil